Authors

Do Not Stand at My Grave and Weep

December 29, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Mary Elizabeth Frye (1905-2004)


Do not stand at my grave and weep,
I am not there, I do not sleep.


I am a thousand winds that blow.
I am the diamond glint on snow.
I am the sunlight on ripened grain.
I am the gentle autumn rain.


When you wake in the morning hush,
I am the swift, uplifting rush
Of quiet birds in circling flight.
I am the soft starlight at night.


Do not stand at my grave and weep.
I am not there, I do not sleep.
Do not stand at my grave and cry.
I am not there, I did not die!

0 comments:

Il neige

December 25, 2011 Rasel Rana 0 Comments

C'est un après-midi du Nord.
Le ciel est blanc et morne. Il neige ;
Et l'arbre du chemin se tord
Sous la rafale qui l'assiège.


Depuis l'aurore, il neige à flots ;
Tout s'efface sous la tourmente.
A travers ses rauques sanglots
Une cloche au loin se lamente.


Le glas râle dans le brouillard,
Qu'aucune lueur n'illumine...
Voici venir un corbillard,
Qui sort de la combe voisine.


Un groupe, vêtu de noir, suit,
Muet, le lourd traîneau funèbre.
Déjà du ciel descend la nuit,
Déjà la route s'enténèbre.


Et toujours du bronze éploré
Tombe la lugubre prière;
Et j'entends dans mon coeur navré
Tinter comme un glas funéraire.


Je me souviens... Je me revois,
Sur le blanc linceul de la terre,
Dans la bise, en pleurs, aux abois,
Suivant le cercueil de mon père.


Je ne puis détacher mon oeil,
Voilé d'une larme dernière,
Du silencieux groupe en deuil
Qui marche vers le cimetière.


Je sens, saisi d'un vague effroi,
Qui me retient à la fenêtre,
Qu'en la marche du noir convoi
Fuit quelque chose de mon être.


Soudain dans le champ de la mort
Disparaît le sombre cortège...
C'est un après-midi du Nord.
Le ciel est blanc et morne. Il neige.


William CHAPMAN (1850-1917)

0 comments:

Present

December 22, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Je voudrais ramasser toutes les fleurs des champs,
Je voudrais receuillir tous les parfums des bois
Je voudrais rassembler tous les rêves d'amour,
Et puis fleurs, parfums, rêves, tout, te le donner,
Tout cela que n'ont pas les autres bien-aimées,
Je te t'aurais donné, fleurs, parfums, tout
Ce qui ne peut s'acheter à prix d'or, mais bien
Avec l'amour qu'on a dans son coeur pour sa mie...


Et lorsque tu les aurais assez savourés,
Tu jetterais au loin en les éparpillant,
Déesse bienfaisante et chère aux amoureux,
Tous les parfums, les fleurs, et les rêves aussi,
Afin que se penchant sur ces trésors d'un jour,
Le monde soit heureux grâce à toi, grâce à moi,
Grâce à nous deux et grâce à notre amour,
Fleur la plus parfumée, rêve immatériel...
Et blotti contre toi sans plus penser à rien,
D'un sommeil rajeuni je dormirais heureux.


Charles Oulmont (1883 - 1984)


Extrait du livre "Message personel - Traduit de moi-même "
(Nouvelle edition)
ISTRA- Strasbourg

0 comments: