Authors

Peindre une pièce

June 26, 2011 Rasel Rana 0 Comments

à Irina Kendall

Ici, un jour de mars 1989,
je blanchis le plafond et peins les murs un citron bleuté
Des bâches de protection et de vieux journaux cachent
les parquets en bois dur. Tous mes meubles ont été vendus
ou refilés à des amis de bohème.
À manger, il n’y a que du pain et du vin.
Un visa d’immigration dans ma poche, je peins
le petit appartement où j’ai vécu pendant dix ans.
À quatre heures, je fais un break.
Je m’assieds sur la dernière chaise de la cuisine vide,
fume une cigarette et essuie mes larmes
avec la manche de mon vieux pull-over.
Je suis sans regrets mais non sans douleur.
Dix ans de crainte, d’amours non réciproques, de boulots de fortune,
d’appels téléphoniques de nuit. Maintenant, ils ont coupé la ligne.
Je fais tomber les cendres dans l’évier, verse de la térébenthine
dans un pot, mélange avec une spatule. J’ai le cœur qui bat la chamade
dans ma paume droite quand je reprends la brosse.
Depuis dix ans, le carré turquoise de la fenêtre
a retenu mon regard avec son encadrement tout simple.
Maintenant, bien en face du ciel qui s’assombrit,
que puis-je dire de plus à la vitre que merci
d’être transparente, sans division, large
et allongeant la perspective à travers la dimension
du visible.
Puis je nettoie les brosses et éteins la lumière.
C’est ma dernière nuit avant de partir pour l’étranger.
Je suis couchée à même le sol, une veste roulée
sous ma tête. C’est la dernière nuit.
La liberté sent la pièce fraîchement peinte,
les parquets en bois balayés avec un balai de saule
et le pain rassis aux raisins.

Katia Kapowich

Traduit de l’anglais en français par Jean-Marie Flémal
Avec l’aimable autorisation de l’auteur et du traducteur
***
Painting a Room

For Irina Kendall

Here on a March day in ’89
I blanch the ceiling and walls with bluish lime.
Drop cloths and old newspapers hide
the hardwood floors. All my furniture has been sold,
or given away to bohemian friends.
There is nothing to eat but bread and wine.
An immigration visa in my pocket, I paint
the small apartment where I’ve lived for ten years.
Taking a break around 4 p.m.,
I sit on the last chair in the empty kitchen,
smoke a cigarette and wipe my tears
with the sleeve of my old pullover.
I am free from regrets but not from pain.
Ten years of fears, unrequited loves, odd jobs,
of night phone calls. Now they’ve disconnected the line.
I drop the ashes in the sink, pour turpentine
into a jar, stirring with a spatula. My heart throbs
in my right palm when I pick up the brush again.
For ten years the window’s turquoise square
has held my eyes in its simple frame.
Now, face to face with the darkening sky,
what more can I say to the glass but thanks
for being transparent, seamless, wide
and stretching perspective across the size
of the visible.
Then I wash the brushes and turn off the light.
This is my last night before moving abroad.
I lie down on the floor, a rolled-up coat
under my head. This is the last night.
Freedom smells of a freshly painted room,
of wooden floors swept with a willow broom.
and of stale raisin bread.

0 comments:

La Mort et la Vie

June 26, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Louise-Angélique Bertin  (1805 - 1877).


Si la mort est le but, pourquoi donc sur les routes

Est-il dans les buissons de si charmantes fleurs ?

Et lorsqu'au vent d'automne elles s'envolent toutes,

Pourquoi les voir partir d'un oeil momifié de pleurs ?




Si la vie est le but, pourquoi donc sur les routes
Tant de pierres dans l'herbe et d'épines aux fleurs,
Que, pendant le voyage, hélas ! nous devons toutes
Tacher de notre sang et mouiller de nos pleurs ?



0 comments:

Alphabet

June 22, 2011 Rasel Rana 2 Comments

Preface to Alphabet.

It was May 2008.

I had just finished reading

Louis de Bernières’

Birds without wings

when hate spread her ugly wings,

over Johannesburg.

They called it xenophobia!

Phobia is fear

This was raw idiotic

cannibalistic atavistic animal

hate!

So Louis de Bernières description

or the raw idiotic

cannibalistic atavistic animal

hate

during the Balkan’s wars

provided me with

an adequate Overture

for my operatic Alphabet.

***

A is for Alexandra.


Queen of the Jews you were


Alexandra


But that was long time ago.


long,long before The Shoah


Mother of All Russia also


Alexandra


the last tsarina indeed


Rasputin’s lover


whom Russia did not love


and slaughtered.


Queen of the Brits you were


Alexandra


and Lloyd George your minister


watched stiff upper lip


Muslim women crucified


by The Greek


Armenian girls impaled


by the Kurds


The Ottoman becoming a Turk


and turning savage


against long time friends and neighbours


Armenian Jew or Greek


A is for Alexandra


B for beating bashing burning


in Alexandra


township of Egoli


city of gold they also call


Ndongazi ya Duma.


B is for butchering


those they call kwere kwere


the heimatlos


those they can’t understand


or won’t


those who have nowhere to go


those children of Africa


they should call brothers!


B is for History The Bitch


the greatest bitch of all


which can not stop to


repeat itself.


So then


A is for Alexandra


Atrocities


Amen says The Politician


B for History


The Great Bitch and Butcher


C for Cato Manor


second time around you bitch


C for corruption


in the City of gold


D for …


Dammit!


Dammit, can’t we stop


reciting an alphabet of Hate


when there is one of Harmony?


An alphabet of Harmony, yes,


where


A is for Amour, je t’aime, amigos, amore


B for beauty, birth and brothers


C for charity, children laughing in the sun


and charity


and all the colours from flowers


and the skirts of dancing girls


D for daring to love


….


Can’t we


can’t we asks the poet


can’t we recite


an


alphabet of Harmony?


But, you know, he is just a poet


isn’t it


but he is


JUST A DREAMER


Hell


you wont’ stop me dreaming


Alexandra


African sister of mine


With the kind permission of the author Jean Cornet aka J.M. Spitaels


from the book:


Dust on the Road / POUSSIERES SUR LA ROUTE
Poems in English and French, drawings by Jean Cornet
Poets Printery South Africa July 2011 ISBN -978-0-620-50582-6
Jean Cornet aka J.M. Spitaels, born 1939, hails from DRC.




Has written 3 books in French. First poem published, when a teenager, in l’Essor du Congo , daily for which his mother was a chronicler.
As a medical doctor, practiced in Congo (1964-1969) then lectured at Durban ’s medical school S. A. (1969-1995).
His poetry, now in English and French, throws a disillusioned glance at today’s world without ignoring its fragile beauty.



2 comments:

The Geranium

June 20, 2011 Rasel Rana 0 Comments

When I put her out, once, by the garbage pail,
She looked so limp and bedraggled,
So foolish and trusting, like a sick poodle,
Or a wizened aster in late September,
I brought her back in again
For a new routine--
Vitamins, water, and whatever
Sustenance seemed sensible
At the time: she'd lived
So long on gin, bobbie pins, half-smoked cigars, dead beer,
Her shriveled petals falling
On the faded carpet, the stale
Steak grease stuck to her fuzzy leaves.
(Dried-out, she creaked like a tulip.)
The things she endured!--
The dumb dames shrieking half the night
Or the two of us, alone, both seedy,
Me breathing booze at her,
She leaning out of her pot toward the window.


Near the end, she seemed almost to hear me--
And that was scary--
So when that snuffling cretin of a maid
Threw her, pot and all, into the trash-can,
I said nothing.


But I sacked the presumptuous hag the next week,
I was that lonely.


Theodore Roethke (1908 – 1963)



0 comments:

Nuits de carnaval

June 20, 2011 Rasel Rana 0 Comments


C’est un soir qui grince en

touchant les ombres d’une esquisse

de sourire

d’un rire lent comme libéré

Les aloès et les herbes folles s’agitent

sur des accents de jazz

La fatigue rompt ses fers

une fois parcourue l’orbe d’un lointain soleil

Les mots ont perdu le chemin du retour

comme d’habitude

Un poème s’est déroulé

depuis un coin de ton œil

Mdantsane explose dans la confusion

d’une autre nuit carnavalesque


Amitabh Mitra



traduit de l*anglais en français par Jean-Marie Flémal

Avec l’aimable autorisation de l’auteur et du traducteur




0 comments:

L’hôpital Cecilia Makiwane à Mdantsane

June 18, 2011 Rasel Rana 1 Comments


La route menant à l’hôpital Cecilia Makiwane

est à certains égards subtile

Les morts y marchent sans faire de bruit

de crainte d’éveiller les ombres

vivant au confluent de l’épouvante

et de la disparité

À l’occasion le ciel descend

et c’est alors les arbres qui se penchent

pour chercher les oubliés

roulant dans la descente

vers l’hôpital Cecilia Makiwane

à Mdantsane

de jour

humant les poteaux électriques

qui diffusent encore leur lumière

Soulagement est peut-être

un mot

rare


Amitabh Mitra



traduit de l’anglais en français par Jean-Marie Flémal


Avec l’aimable autorisation de l’auteur et du traducteur



 



 

1 comments:

Toujours des mots d'amour

June 16, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Amour, toujours, deux mots qui sonnent bien ensemble,
Ainsi armée, la flèche de Cupidon tremble
Et rate encor la cible de l'éternité.
Pourtant les amoureux ne sont pas dépités
Ils remettent cent fois l'archer sur le métier
En chantant: "tire et vise juste par pitié!".


A vous qui insistez et faites tant d'efforts
Je vous souhaite bien sûr d'arriver à bon port,
Pour cela je vous envoie fleurs et mots d'amours
Qui soyez en sûr riment bien avec toujours.


A force d'indigestions, les pommes d'amours
N'ont plus d'attraits pour moi, non tous ces petits fours
M'ont refroidi, et je traîne mon mal de vivre,
Mais au fond de moi je rêve de bateaux ivres. . .
Alors seul dans mon pieu je dors comme un sourd
Espérant que ce ne sera pas pour. . . toujours.


©Rolland Pauzin. 28-11-2001

0 comments:

Mirage

June 14, 2011 Rasel Rana 0 Comments

. . .do not feel
that i am distant in your mirage
that i am hidden from you mosaic
that i am fading from your canvass


. . .i am an orphan these days
bereaved by life’s cruel cudgel
sentenced to crumbs and droplets
bandaged to the whims of betrayed hopes . . .


love is blemished
trust is tainted
desire beclouds judgment
when lust rules the senses . . .


…so do not feel
that the rush of your stream swirl
is silent in my soul


i feel the passion of your rippling waters
i hear the swish of you roiling waves
i touch the wind of your refreshing hopes


…and i
orphaned as i am in this bleak season
will sing a sweet song each breaking dawn
and let my laughter ring into twilight
and embrace the calm peace of night


waiting for the sun
to raise you again


in my broken heart. . .


©David Diai


With the kind permission of the author

0 comments:

Un soir que je contemplais la lune

June 14, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Baka Jaouad


Je pensais à elle, à nous ; que j’étais morose !
De l’amour jamais je ne cueillerais la rose.
Séant, mon front posé sur ma main incolore,
Je crois avoir touché de la folie les bords.
C’est beau un ciel nocturne grouillant de claires étoiles.
La lune semble me comprendre, de mes peines j’ôte les voiles.


Dur est d’être dans un monde où l’amour n’est amour,
Où l’oubli, gai, habitera les âmes pour toujours.
J’aime une gracieuse fille que je ne peux embrasser ;
Que dois-je faire pour que nos corps puissent s’enlacer ?
À peine j’approche mes lèvres des siennes qu’elles se retirent ;
Suis-je de Tantale au supplice ? Ou dois-je être martyr ?


Je ne sais si c’était rêve ou réalité ;
Je quittai mon corps, surpris, le vis alité.
Je m’envolai, occupai un nuage tout gris,
Joignis la lune ; d’ici-bas ce fut mon abri.
Le chagrin intense ne nous est pas étranger,
Nous parlions d’amour, de passion sans y songer.


Cela fait une éternité, me disait-elle,
Qu’elle se voit éperdue de Titée l’immortelle ;
Elle l’a vue épouser Uranus, fils du Jour,
Qui mourut de mutilation, ô troubadour !
Méfiez-vous de celle que vous aimez ingénu !
Vous finirez par marcher miteux, les pieds nus.


Tendrement seul un poète crédule peut aimer,
Avec ses pensées, il ne fait que blasphémer.
Dieu est amour, vous le savez comme je le sais,
Amour est Dieu, à quoi bon servent ces larmes versées ?
Dites à tout honnête homme qui prétend le connaître
Qu’il est en lui, qu’il n’attend que l’on lui fasse naître.


Celle que vous estimez votre Muse est Circé,
Elle est entourée de poison, de cœurs percés.
Dès qu’aimée, en une autre elle se métamorphose,
Elle vous étale ses épines comme le fait la rose ;
Céleste et capiteuse, on succombe à son charme,
Et, agenouillé, elle vous poignarde par son arme.


Soudain, le soleil la chasse, et part désolée ;
Elle ne m’a pas tout révélé, ô affolée !
Et, mon âme, pareille, plus que jamais agitée,
Réalise qu’un autre rêve vient de la quitter.
Le présent se révèle insupportable, cruel ;
Le futur entre avec ma conscience en duel.


Une larme, aussi gelée que la pluie de décembre,
Soulage ma peine, coule sur ma joue dans un air sombre.
Un autre jour commence, les douleurs sont les mêmes ;
N’a-t-on dit qu’on ne récolte que ce que l’on sème ?
Ô illustre soleil nocturne ! Ô reine du silence !
Je vous prie, bannissez de mes peines les immenses.


©BAKA Jaouad





Avec l’aimable autorisation de l’auteur


B. Jaouada  participé au "Prix de la création littéraire", un concours de la poésie qui est organisé  au Maroc,  il a eu le 2ème prix.

0 comments:

The Ceaseless Falling

June 13, 2011 Rasel Rana 0 Comments

The landings of this world are rehearsed:

And so the heron sinks into the water and the deer

Joins in the flood, and so the face of one's mother joins

The lies that save her face:

Always there is war flaming in South Africa

Always empires are dying and refueling

Always the children grow more staid than their parents

And love seems to darken in each walk by the river:

The silence of the brook is a place for heron, for deer:

And soon the wind will break in the dogwoods; the light

Will snag in the willow--and love, love

Shall it ever follow me to the river?



From Take Five: Collected Poems, 1971-1986, by Kenneth McClane

0 comments:

Aux iles aux parfums

June 12, 2011 Rasel Rana 1 Comments


Yakoute Abdouroihamane


Où rien n’est défunt

Les purs des fruits à gogo

Comme si le tam-tam  résonne le tango.

Un endroit où santé est prospérité

Quel genre de vie sans une priorité

Il est vrai que la mer est capricieuse

Pour y nager la sirène doit  être malicieuse.

Parait-il que tout est science

Naturelle que virtuelle sans perdre conscience

L’œil distrait des beautés d’une vivacité sereine

Arbres sur qui je passe, la lune baptisée reine.



Aux iles de la lune

 
Une étoile, une vie de chacune

Ça m échappe, charmes du jour où je lasse la contemplation

Oh ! Je remonte à la source d une unique constellation.

Quel genre d’espèce a ton humble

Climat ; l’Animal s en comble

De joie;  ces iles où montagne est temple

Vous êtes  si belle, végétation ample.

Tout le monde se procure du désir

Dans vos forets si parfumées, sur ces  marécages

Et sur les  plages de sables fins, on tourne la pag

Devant le muet  plaisir.



Aux iles volcaniques

 
Un regard nostalgique

Ronge l’ordre canonique

Vos paysages, vos plages sont des images

Qui habient mes pensées, ainsi je les rends hommage.


© Yakoute Abdouroihamane

 
Avec l’aimable autorisation de l’auteur



 

 

1 comments:

Cecilia Makiwane Hospital, Mdantsane

June 12, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Amitabh Mitra


the road to cecilia makiwane hospital

is subtle to an extent

the dead treads softly here

not to awaken the shadows

living in the confluence of dread

and disparity

the sky occasionally moves down

and it is then the trees leap to search

the forgotten

driving down to cecilia makiwane hospital

mdantsane

daily

breathing the electric poles

shedding light

relief is perhaps a

sparse

word.



With the kind permission of the author


 

0 comments:

Carnival Nights

June 12, 2011 Rasel Rana 1 Comments

Amitabh Mitra


an evening creaks in

touching shadows with a tinge

of smile

a slow release laughter

aloe and wild grass shake to

jazz moments

tiredness breaks its shackles

ran the curves of a distant sun

words lost its way home

as usual

a poem unwound itself

from an angle of your eye

mdantsane bursts itself in a mayhem

of another carnival night.



With the kind permission of the author

 

1 comments:

La nature

June 12, 2011 Rasel Rana 0 Comments


Consommer les ténèbres

Leur cortège insolite

De bruits, de frémissements

Et de silences nocturnes

Découvrir la faille

De l'interruption des sons

Jusqu'aux senteurs

Des premières lueurs du jour

Voir la rose s'entrouvrir

Sous la brise du matin

Lorsque pénètre l'éclat de la perle solaire

Sur les corps de la terre ocre

Le gazon sous la rosée

Présente une prairie reverdie

Comme la mer des oliviers

Empreinte de la beauté

Des herbes mêlées

Par la chaleur du ciel après l'orage

L'incandescence du soleil

Emerveille la vie diurne de la mousse

Respirons à plein poumon

La saveur du spectacle naturel

Empreinte de la vie

Jusqu'au tréfonds ultime

De l'essence d'existence.

© Guy CREQUIE
Avec l’aimable autorisation de l’auteur

0 comments:

Dechen

June 12, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Amitabh Mitra


we met at a thimphu sunday flea market

there was mist all over

the crowd spoke in gregarious tones

like mountains hunting for lost ones

there was mist on her face

her lips balanced an era

of happening

mist on her kira

hiding

somebody whispered

that’s dashoam

our princess

and i remember speaking to her in shameless

colors

curves

woven forests

even in sleep

next to the log fire

i thought i spoke of the earth

beyond the mountains

and chortens

we would leave

having touched once

sundays we met

and parted

buying always laughter

exchanged flavours

when are you going to wear the boku

when would you make me a dasho

she laughed and laughed

a sky just opened up

a mist went thicker

amidst the staring gargoyles of tashikodzong

tired dragon roofs

grunting yaks

nobody saw us embracing

an unsheltered sun.


With the kind permission of the author

0 comments:

A un vieil arbre

June 11, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Tu réveilles en moi des souvenirs confus.
Je t'ai vu, n'est-ce pas ? moins triste et moins modeste.
Ta tête sous l'orage avait un noble geste,
Et l'amour se cachait dans tes rameaux touffus.


D'autres, autour de toi, comme de riches fûts,
Poussaient leurs troncs noueux vers la voûte céleste.
Ils sont tombés, et rien de leur beauté ne reste ;
Et toi-même, aujourd'hui, sait-on ce que tu fus ?


O viel arbre tremblant dans ton écorce grise !
Sens-tu couler encore une sève qui grise ?
Les oiseaux chantent-ils sur tes rameaux gercés ?


Moi, je suis un vieil arbre oublié dans la plaine,
Et, pour tromper l'ennui dont ma pauvre âme est pleine,
J'aime à me souvenir des nids que j'ai bercés.


Léon-Pamphile LE MAY   (1837-1918)



0 comments:

Die Liebe besiegt alles...I love you

June 10, 2011 Rasel Rana 0 Comments

Micheline Maurel 1916 - 2009


Die Liebe besiegt alles...I love you


Je ne sais écrire autre chose.
Pour inventer des mots plus doux
Il faudrait que je me repose.


Le sens même de ces mots-là,
Je le sais à peine moi-même,
Je peux te dire que je t'aime
Mais sans comprendre bien cela.


Trop longtemps, je suis sans nouvelles,
Et je ne sais plus rien de toi,
Et trop d'épreuves, trop de froid,
De mon coeur ont fermé les ailes.


Dans cet uniforme rayé,
Des entrailles que la faim mine,
Un corps sanglant, plein de vermine,
Et meurtri par les coups de pied,


Voilà sur la terre ennemie,
Et dans un écrin composé
De barbelés électrisés,
Ce qui reste de ton amie.


La nuit, lorsque j'aurai le temps
De te forger des mots plus tendres..
Les mots s'éparpillent en cendres,
Et je pleure comme un enfant...


Dieu, que je voudrais tant prier,
Doit deviner dans mon silence,
Tous les voeux que mon âme pense,
Et te comprendre, et te garder.


Reviens, c'est mon cri de détresse,
Reviens me sauver, mon soleil,
Alors tu verras mon éveil
Et reconnaîtras ma tendresse.


Reviens, le feu brûle pourtant,
Si les cendres couvrent mon âme,
Tu la feras jaillir en flammes,
O reviens, reviens, je t'attends.


( Fevrier 1944)


  (La Passion selon Ravensbruck


Les Éditions de Minuit p. 15)

0 comments:

Les Gisants

June 09, 2011 Rasel Rana 0 Comments


Ils sont couchés, froids, dans la pierre,

réunis pour mille ans,

le coeur et la bouche et les mains calmes,

inséparables à jamais.

 
Il se sont aimés nus,

mais maintenant, quì'ils sont de marbre,

leurs jambes ne se joindront plus.

Pourtant, ils sont voués l'un à l'autre.

 
Ils savaient, au fort de la joie,

que le beau feu s'éteint vite.

Mais ils ont joué le noble jeu

de conquérir l'éternité.

 
Ils ont rêvé ce tombeau de gisants,

pour manifestesr qu'en esprit

ils seraient unis par delà la mort,

par delà la pierre qui s'effrite.

 Raymond Herreman  (1896 - 1971)



"Un demi siècle de poésie" Tome II - La Maison du Poète, 1954, page 136

0 comments: