France

J’ai dit à mon désir : pense à te bien guider,
Rien trop bas, ou trop haut, ne te fasse distraire.
Il ne m’écouta point, mais jeune et volontaire,
Par un nouveau sentier se voulut hasarder.

Je vis le ciel sur lui mille orages darder,
Je le vis traversé de flamme ardente et claire,
Se plaindre en trébuchant de son vol téméraire,
Que mon sage conseil n’avait su retarder.

Après ton précipice, ô désir misérable !
Je t’ai fait dedans l’onde une tombe honorable
De ces pleurs que mes yeux font couler jour et nuit,

Et l’espérance aussi ta soeur faible et dolente,
Après maints longs détours, se voit changée en plante,
Qui reverdit assez, mais n’a jamais de fruit.

Philippe DESPORTES (1546-1606)

Puisque le cors blessé, mollement estendu
Sur un lit qui se courbe aux malheurs qu’il suporte
Me faict venir au ronge et gouster mes douleurs,
Mes membres, jouissez du repos pretendu,
Tandis l’esprit lassé d’une douleur plus forte
Esgalle au corps bruslant ses ardentes chaleurs.

Le corps vaincu se rend, et lassé de souffrir
Ouvre au dard de la mort sa tremblante poitrine,
Estallant sur un lit ses misérables os,
Et l’esprit, qui ne peut pour endurer mourir,
Dont le feu violent jamais ne se termine,
N’a moyen de trouver un lit pour son repos.

Les medecins fascheux jugent diversement
De la fin de ma vie et de l’ardente flamme
Qui mesme fait le cors pour mon ame souffrir,
Mais qui pourroit juger de l’eternel torment
Qui me presse d’ailleurs ? Je sçay bien que mon ame
N’a point de medecins qui la peussent guerir.

Mes yeux enflez de pleurs regardent mes rideaux
Cramoisis, esclatans du jour d’une fenestre
Qui m’offusque la veuë, et faict cliner les yeux,
Et je me resouviens des celestes flambeaux,
Comme le lis vermeil de ma dame faict naistre
Un vermeillon pareil à l’aurore des Cieux.

Je voy mon lict qui tremble ainsi comme je fais,
Je voy trembler mon ciel, le chaslit et la frange
Et les soupirs des vents passer en tremblottant;
Mon esprit temble ainsi et gemist soubs le fais
D’un amour plein de vent qui, muable, se change
Aux vouloirs d’un cerveau plus que l’air inconstant.

Puis quant je ne voy’ rien que mes yeux peussent voir,
Sans bastir là dessus les loix de mon martyre,
Je coulle dans le lict ma pensée et mes yeux ;
Ainsi puisque mon ame essaie à concevoir
Ma fin par tous moyens, j’attens et je desire
Mon corps en un tombeau, et mon esprit es Cieux.

Théodore Agrippa d’ AUBIGNÉ (1552-1630)

Toi qui m’as tout repris jusqu’au bonheur d’attendre,
Tu m’as laissé pourtant l’aliment d’un coeur tendre,
L’amour ! Et ma mémoire où se nourrit l’amour.
Je lui dois le passé ; c’est presque ton retour !
C’est là que tu m’entends, c’est là que je t’adore,
C’est là que sans fierté je me révèle encore.
Ma vie est dans ce rêve où tu ne fuis jamais ;
Il a ta voix, ta voix ! Tu sais si je l’aimais !
C’est là que je te plains ; car plus d’une blessure,
Plus d’une gloire éteinte a troublé, j’en suis sûre,
Ton coeur si généreux pour d’autres que pour moi :
Je t’ai senti gémir ; je pleurais avec toi !

Qui donc saura te plaindre au fond de ta retraite,
Quand le cri de ma mort ira frapper ton sein ?
Tu t’éveilleras seul dans la foule distraite,
Où des amis d’un jour s’entr’égare l’essaim ;
Tu n’y sentiras plus une âme palpitante
Au bruit de tes malheurs, de tes moindres revers.
Ta vie, après ma mort, sera moins éclatante ;
Une part de toi-même aura fui l’univers.
Il est doux d’être aimé ! Cette croyance intime
Donne à tout on ne sait quel air d’enchantement ;
L’infidèle est content des pleurs de sa victime ;
Et, fier, aux pieds d’une autre il en est plus charmant.

Mais je n’étouffe plus dans mon incertitude :
Nous mourrons désunis, n’est-ce pas ? Tu le veux !
Pour t’oublier, viens voir ! … qu’ai-je dit ? Vaine étude,
Où la nature apprend à surmonter ses cris,
Pour déguiser mon coeur, que m’avez-vous appris ?
La vérité s’élance à mes lèvres sincères ;
Sincère, elle t’appelle, et tu ne l’entends pas !
Ah ! Sans t’avoir troublé qu’elle meure tout bas !
Je ne sais point m’armer de froideurs mensongères :
Je sais fuir ; en fuyant on cache sa douleur,
Et la fatigue endort jusqu’au malheur.

Oui, plus que toi l’absence est douce aux cœurs fidèles :
Du temps qui nous effeuille elle amortit les ailes ;
Son voile a protégé l’ingrat qu’on veut chérir :
On ose aimer encore, on ne veut plus mourir.

Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)

J’ai croisé sur la route où je vais dans la vie
La Mort qui cheminait avec la Volupté,
L’une pour arme ayant sa faux inassouvie,
L’autre, sa nudité.

Voyageur qui se traîne, ivre de lassitude,
Cherchant en vain des yeux une borne où s’asseoir,
Je me trouvais alors dans une solitude
Aux approches du soir.

Tout à coup, comme à l’heure où le vent y circule,
L’herbe haute a frémi sur le bord du fossé,
Et, près de moi, sortant soudain du crépuscule,
Les deux soeurs ont passé.

Poursuivant sans répit leur marche vagabonde,
Des régions de l’ombre aux rives du matin
Elles portaient ainsi leurs oeuvres par le monde,
Servantes du Destin.

D’un sourire cruel m’ayant cloué sur place,
Je les voyais déjà décroître à l’horizon
Que j’éprouvais encor, plein de flamme et de glace,
Un horrible frisson.

La dernière alouette a crié dans les chaumes ;
Et j’ai repris, d’un oeil craintif tâtant la nuit,
Le chemin où, parmi les pas des deux fantômes,
L’Inconnu me conduit.

Charles GUÉRIN (1873-1907)

Rien n’est précaire comme vivre
Rien comme être n’est passager
C’est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J’arrive où je suis étranger.

Un jour tu passes la frontière
D’où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu’importe et qu’importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon

Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l’enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C’est le grand jour qui se fait vieux.

Les arbres sont beaux en automne
Mais l’enfant qu’est-il devenu
Je me regarde et je m’étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus.

Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d’antan
Tomber la poussière du temps.

C’est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C’est comme une eau froide qui monte
C’est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu’on corroie.

C’est long d’être un homme une chose
C’est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux.

O mer amère ô mer profonde
Quelle est l’heure de tes marées
Combien faut-il d’années-secondes
A l’homme pour l’homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées.

Rien n’est précaire comme vivre
Rien comme être n’est passager
C’est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J’arrive où je suis étranger

Louis Aragon (1897-1982)
Recueil : La Diane française (1944)

Le bassin est uni : sur son onde limpide
Pas un souffle de vent ne soulève une ride ;
Au lever du soleil, chaque flot argenté
Court, par un autre flot sans cesse reflété ;
Il répète ses fleurs, comme un miroir fidèle ;
Mais la pointe des joncs sur la rive a tremblé…
Près du bord, qu’elle rase, a crié l’hirondelle…
Et l’azur du lac s’est troublé !

Au sein du bois humide, où chaque feuille est verte,
Où le gazon touffu boit la rosée en pleurs,
Où l’espoir des beaux jours rit dans toutes les fleurs,
Aux baisers du printemps, la rose s’est ouverte ;
Mais au fond du calice un insecte caché
Vit, déchirant la fleur de sa dent acérée…
Et la rose languit, pâle et décolorée
Sur son calice desséché !

Un passé tout rempli de chastes jouissances,
Des baisers maternels, du calme dans le port ;
Un présent embelli de vagues espérances
Et de frais souvenirs… amis, voilà mon sort !
L’avenir n’a pour moi qu’un gracieux sourire ;
J’ai dix-huit ans ! mon âge est presque le bonheur…
Je devrais être heureux… non ! mon âme désire…
Et j’ai du chagrin dans le coeur !…

Charles DOVALLE (1807-1829)

Himmel

Mon seul amour ! embrasse-moi.
Si la mort me veut avant toi,
Je bénis Dieu ; tu m’as aimée !
Ce doux hymen eut peu d’instants :
Tu vois ; les fleurs n’ont qu’un printemps,
Et la rose meurt embaumée.
Mais quand, sous tes pieds renfermée,
Tu viendras me parler tout bas,
Crains-tu que je n’entende pas ?

Je t’entendrai, mon seul amour !
Triste dans mon dernier séjour,
Si le courage t’abandonne ;
Et la nuit, sans te commander,
J’irai doucement te gronder,
Puis te dire : “Dieu nous pardonne !”
Et, d’une voix que le ciel donne,
Je te peindrai les cieux tout bas :
Crains-tu de ne m’entendre pas ?

J’irai seule, en quittant tes yeux,
T’attendre à la porte des Cieux,
Et prier pour ta délivrance.
Oh ! dussé-je y rester longtemps,
Je veux y couler mes instants
A t’adoucir quelque souffrance ;
Puis un jour, avec l’Espérance,
Je viendrai délier tes pas ;
Crains-tu que je ne vienne pas ?

Je viendrai, car tu dois mourir,
Sans être las de me chérir ;
Et comme deux ramiers fidèles,
Séparés par de sombres jours,
Pour monter où l’on vit toujours,
Nous entrelacerons nos ailes !
Là, nos heures sont éternelles :
Quand Dieu nous l’a promis tout bas,
Crois-tu que je n’écoutais pas ?

Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)

victor hugo il fait froid

L’hiver blanchit le dur chemin.
Tes jours aux méchants sont en proie.
La bise mord ta douce main,
La haine souffle sur ta joie.

La neige emplit le noir sillon.
La lumière est diminuée…
Ferme ta porte à l’aquilon !
Ferme ta vitre à la nuée !

Et puis laisse ton cœur ouvert !
Le cœur, c’est la sainte fenêtre.
Le soleil de brume est couvert ;
Mais Dieu va rayonner peut-être !

Doute du bonheur, fruit mortel,
Doute de l’homme plein d’envie,
Doute du prêtre et de l’autel,
Mais crois à l’amour, ô ma vie !

Crois à l’amour, toujours entier,
Toujours brillant sous tous les voiles !
À l’amour, tison du foyer !
À l’amour, rayon des étoiles !

Aime, et ne désespère pas.
Dans ton âme où parfois je passe,
Où mes vers chuchotent tout bas,
Laisse chaque chose à sa place.

La fidélité sans ennui,
La paix des vertus élevées,
Et l’indulgence pour autrui,
Éponge des fautes lavées.

Dans ta pensée où tout est beau,
Que rien ne tombe ou ne recule.
Fais de ton amour ton flambeau.
On s’éclaire de ce qui brûle.

À ces démons d’inimitié
Oppose ta douceur sereine,
Et reverse-leur en pitié
Tout ce qu’ils t’ont vomi de haine.

La haine, c’est l’hiver du cœur.
Plains-les. Mais garde ton courage.
Garde ton sourire vainqueur.
Bel arc-en-ciel, sors de l’orage !

Garde ton amour éternel.
L’hiver, l’astre éteint-il sa flamme ?
Dieu ne retire rien du ciel ;
Ne retire rien de ton âme !

Victor Hugo (Les contemplations, 1856.)

poesie

Moribond

By Mar_eli

Un songe… comme une courte épopée où se télescope le désespoir aux sentiments amers. Des relents de réalité s’échappent par effluve de marécages où l’homme aime à se perdre pris dans tourmente de vies sans foi. Comme un cancer le néant se répand en brume grise s’insinuant dans les interstices d’âmes à la dérive. J’ai traversé ces terres et je suis…

J’ai perdu quelque chose…

Les couleurs de la vie
S’effacent d’un coup de gomme
Ramassée en chemin
Quand mon cœur s’est échu.

Errant dix vagues à l’âme
Si loin des terres amies
Sur un pont suspendu
Perforant l’inconnu
L’horloge s’est arrêtée
Dans l’espace immobile…

L’air peut se charger
D’un grain presque palpable
Collant s’insinuant
Aux moindres interstices
D’une âme fracturée
Embrumant mon esprit
Engourdissant mes sens
Perdus aux quatre vents.

Me reste l’horizon
Au crépuscule couchant
Dans les couleurs de feu
Me réchauffer l’âme
D’un soleil qui s’éteint
Jetant ses dernières flammes
Aux badauds ébahis.

La nuit peut bien venir
Et la lune s’inviter
Au bal des égarés
Où les chimères sont reines
Et les rois miséreux.
La chopine bien haute
Toujours prête à trinquer
Aux séants des plus belles
Elues saintes des cieux
Aux règnes éphémères
Des frasques passagères.
De mon regard hagard
Dès que l’œil se tourne
Je suis phare balayant
Le vide insondable
D’une troupe échouée,
Aveuglément brillant
Aux ombres qui me fixent,
Voilant une torpeur
Aussi noire que l’œil luit,
Réelle comme mon néant
Que je tente de noyer
A gorge déployée
Le gosier tout béant.

La constance n’est pas reine
Au bal des cœurs troublés…

Je rêve et je m’égare
Vers un futur sans nom
Que je cesse d’esquisser
Depuis que foi et loi
Ont quitté mon navire
Depuis longtemps détruit
Brisé au gré d’écueils
Au hasard d’un détour
Dont j’ai tant espéré.

L’âcre du souvenir
Sécrète le pire acide ;
Bouffé rongé dissout
Il ne tarit sa source.

Me reste un gros tonneau
Jeté par-dessus bord
Que je tète tel un fou
Qui n’aurait plus qu’en tête
Que le sein de sa mère
Comme seul réconfort…
Pendu à ce nichon
A l’élixir exquis
Je me laisse emporter,
Chahuter divaguer
Au gré des lames de fond
Des mers de mon tréfonds.

Apprenti naufragé
Je festoie au banquet
Des compères retrouvés
Sur l’île faite monde
Hérissée de récifs
Etincelant d’argent,
Tranchant comme le diamant ;
Pas un n’a résisté
A sa pulsion vénale.

Allons ! Trinquons ensemble
Compagnons d’infortune !
Jurons sur tous nos saints
Et par la queue du diable
Invitons Belzébuth
Et son armée de goules
A danser un sabbat !
Payons de notre sang
La fornique infernale !
Catins et puritains,
Châtions les indécis !
Egorgeons les agneaux
Trop doux pour notre goût
Et invoquons la bête !

La fièvre… la fièvre,
Je la sens m’envahir,
Me consumer les sens ;
Le ressac douloureux
De coups de boutoir
Résonne dans ma tête.
Ma raison obscurcie
Me joue encore un tour.
J’ai encore oublié…

Quelque part, où je suis
Je n’espère plus que l’aube ;
Qu’elle éclaire mon chemin
Et que renaissent enfin
Les couleurs de ma vie.

Pat2com, le 24/01/2007

Inspiré d’une humeur maussade et vagabonde du « Poisson-scorpion » de Jean Bouvier.

La pensée est une eau sans cesse jaillissante.
Elle surgit d’un jet puissant du coeur des mots,
Retombe, s’éparpille en perles, jase, chante,
Forme une aile neigeuse ou de neigeux rameaux,
Se rompt, sursaute, imite un saule au clair de lune,
S’écroule, décroît, cesse. Elle est soeur d’Ariel
Et ceint l’écharpe aux tons changeants de la Fortune
Où l’on voit par instants se jouer tout le ciel.
Et si, pour reposer leurs yeux du jour, des femmes,
Le soir, rêvent devant le jet mobile et vain
Qui pleut avec la nuit dans l’azur du bassin,
L’eau pure les caresse et rafraîchit leurs âmes
Et fait battre leurs cils et palpiter leur sein,
Tandis que la pensée, en rejetant ses voiles,
Dans un nouvel essor jongle avec les étoiles.

Charles GUÉRIN (1873-1907)

Requiem d’automne

By PDM

Tout ce que le monde m’offre ici-bas
pour me consoler me pèse.
Imitation de Jésus-Christ.

L’automne fait gronder ses grandes orgues grises
Et célèbre le deuil des soleils révolus,
L’avare automne entasse aux rebords des talus
Les vols de feuilles d’or que flagelle la bise.

Stérile et glacial reliquaire où s’effrite
Ce qui ne peut pas être avec ce qui n’est plus,
L’âme s’entrouvre, et son fragile cristal nu
Vibre et s’étoile au bruit des branches qui se brisent.

Le dôme clair de la forêt tremble sans trêve,
Tandis que, prompt et froid et sifflant comme un glaive,
Le vent aigu du Doute effeuille tes croyances.

Que ce soit donc l’automne enfin de ta jeunesse,
Ô toi qui vas, au temps où les roses renaissent,
Ramasser d’âcres fruits sous l’arbre de Science.

Charles GUÉRIN (1873-1907)

Quand vous suiviez ma trace,
J’allais avoir quinze ans,
Puis la fleur, puis la grâce,
Puis le feu du printemps.

J’étais blonde et pliante
Comme l’épi mouvant,
Et surtout moins savante
Que le plus jeune enfant.

J’avais ma douce mère,
Me guidant au chemin,
Attentive et sévère
Quand vous cherchiez ma main.

C’est beau la jeune fille
Qui laisse aller son coeur
Dans son regard qui brille
Et se lève au bonheur !

Vous me vouliez pour femme,
Je le jurais tout bas.
Vous mentiez à votre âme,
Moi, je ne mentais pas.

Si la fleur virginale
D’un brûlant avenir,
Si sa plus fraîche annale
N’ont pu vous retenir,

Pourquoi chercher ma trace
Quand je n’ai plus quinze ans,
Ni la fleur, ni la grâce,
Ni le feu du printemps ?

Marceline DESBORDES-VALMORE (1786-1859)

Constant-Joseph Desbordes Marceline Desbordes-Valmore Douai détail.jpg
Von Constant-Joseph Desbordeshttp://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/constant-desbordes_portrait-de-marcelline-desbordes-valmore-1785-1859, Gemeinfrei, Link

Encore un peu ta bouche en pleurs, encore un peu
Tes mains contre mon coeur et ta voix triste et basse ;
Demeure ainsi longtemps, délicieuse et lasse,
Auprès de moi, ma pauvre enfant, ce soir d’adieu.

Les formes du jardin se fondent dans l’air bleu,
Le vent propage en l’étouffant l’aveu qui passe ;
L’heure semble éternelle au couple qui s’enlace,
Et l’ivresse de vivre unit les chairs en feu :

Ah ! qu’il nous faut souffrir, ce soir, ma bien-aimée !
Doigt par doigt, jeu pensif, j’ouvre ta main fermée ;
Nous n’osons pas songer à l’approche du jour.

Tu sanglotes, ta calme étreinte se dénoue ;
Et sur la pauvre humilité de notre amour
Le ciel, nocturne paon étoilé, fait la roue.

Charles GUÉRIN (1873-1907)
ce
Video Source: Youtube  Yvon Jean

Les chats trempent leur langue rose
Au bord des soucoupes de lait ;
Les yeux fixés sur le soufflet,
Le chien bâille en songeant, morose.

Et tandis qu’il songe et repose
Près de la flamme au chaud reflet,
Les chats trempent leur langue rose
Au bord des soucoupes de lait.

Dans le salon, seul le feu glose ;
Mère-grand dit son chapelet,
Suzanne dort sur un ourlet,
Et dans le lait, paupière close,
Les chats trempent leur langue rose.

Charles GUÉRIN (1873-1907)