Sanon Bowurosege Jules

De ma naissance à ma mort,
Je naviguai tout seul
Sur le Boulevard de la vie
Au travers des cris et des silences
Fouetté par le chaud et le froid
Je revins gelé et perclus
De l’aventure humaine,
Où j’usai ma fraîcheur et ma jeunesse
Pour me retrouver chenu et éclopé
Tel un vieillard au regard serein,
Attendant patiemment au pied de l’arbre,
Le soir de sa vie d’ici-bas.
Sur mon embarcation de fortune,
Je bus mon ennui et ma solitude,
Et seul, je partageai mes joies et mes peines
Pour dominer les craintes et les espoirs,
Moments intenses de toute vie Humaine,
Où le cœur vibre à vous fendre le corps
Avec des sensations terribles et inouïes.
Après moult hontes et moult déboires,
Je continuai ma vie d’errance
Et de bohème, tout en restant fidèle
A mon idéal et à mon objectif
Car fidelité et persistance
Demeurent les seuls garants du succès.

Lentement têtu, je n’eus jamais peur
De recommencer chaque fois que j’avais échoué
Lentement têtu, je n’eus jamais peur
De me relever chaque fois que j’étais tombé
Lentement têtu, je n’eus jamais peur
De rester fidèle aux miens, à mon pays et à moi-même
Fidélité et courage, persévérance et entêtement,
Telles furent les armes qui permirent
De surmonter haine et souffrance, désespoir et ennui.
À toi Flambeau de la Volta
A toi Espoir de Demain
Puisses-tu faire tiennes ces armes
Pour perpétuer à jamais,
La fière Patrie de nos AIEUX,
Oú croissaient et fleurissaient jadis
Honneur et dignité, honnêteté et loyauté

Sanon Bowurosege Jules 

Anthologie de la Poésie d’Afrique Noire
D’Expression Française
© Hatier Paris – Juillet 1987