Marcel Dalarun

Original en langue normande (du Cotentin),
suivie de sa traduction française par l’auteur lui-même
– – –

A n-eun matin d’avri men amin s’est pendu
A la trache impossiblle d’eun graund cyil incounu
Emplli de nuaées créties ou byin d’horizouns nus
Qu’eune lumyire effabie écllipera jammais pus

A n-eun matin d’avri men amin s’est pendu
A la trache impossiblle d’eun loung quemin tordu
Qui cache à sen leisi à des senteurs perdues
Qu’eune rile évalinguie acoundit jammais pus

A n-eun matin d’avri men amin s’est pendu
A la trache impossiblle d’eune musique qu’a mouoru
D’aveu des brits minchis et des prêches éperdus
Qu’eune caunchoun défenaillie remôquera jammais pus

Marcel Dalarun
– – –
( in A men leisi, L’Harmattan, 2004)

– – –
version française :

Un matin d’avril mon ami s’est pendu
A l’impossible recherche d’un grand ciel inconnu
Gorgé de nuages pelotonnés ou d’horizons nus
Qu’une blafarde lumière n’illuminera jamais plus

Un matin d’avril mon ami s’est pendu
A l’impossible recherche d’un long chemin tortueux
Qui conduit à sa guise à des parfums perdus
Qu’une brise échevelée n’accompagne jamais plus

Un matin d’avril mon ami s’est pendu
A l’impossible recherche d’une musique disparue
Avec des bruits déchiquetés et des paroles égarées
Qu’une chanson embrouillée ne ranimera jamais plus

– – –
Pour en savoir plus : cliquez ici