Jaime Torres-Bodet

Nous sommes brusquement détachés
et nous sommes restés
les doigt tendus comme si une girlande
s’était échappée de nos mains;

les yeux baissés
comme à la vue d’un cristal en morceaux:
le cristal de la coupe en laquelle nous bûmes
un vin délicat et pâle…

Comme si nous nous étions perdus,
nos bras
se cherchent dans l’ombre…Cependant
nous ne nos rencontrons plus!

Dans l’alcôve profonde
nous pourrions aller des mois et des ans,
à la recherche l’un de l’autre,
sans nous trouver…

Jaime Torres-Bodet

(Traduit de l’espagnol par Edmond Vandercammen)

Source: “Un demi siècle de poésie 2” – La maison du poète 1954