Gaston Demongé

Comme’ pou eun’  lett’  eud jour de l’an

Où qu’ no vèye eun’  bell’  découpure,

Mâs fé d’ man mieux pou l’écriture

Sans m’ crair’ d’emblèye un grand savant.

 

J’ai dans les yeux des paysâges

Où ma campagn’ n’a point vieulli :

Y’  a des caanchons dans ses taillis,

Y’  a tout san coeur dans mes imâges.

 

Y’  a des jours où l’ solei la cuit :

Pôr lors à semb’ un brin tannéye,

Sa paur’  figü’  est tout’  fannèye

Et nô crairait qu’a’  s’  mour’  d’ennui.

 

Li faut d’ la mucreu pou s’essourdre

Et la grande é qui vient d’ la mé.

Qu’alle est-y belle en plein mouâ d’ Mai,

Limpid’ comm’ eud’ l’iâ qui vient d’ sourdre.

 

Guettez-mê c’te pièche d’ cossard :

Nô dirait du solei qu’ embaume !

Pis c’te mazu’ et san toit d’ chaume

Décoré comme un vieux hussard.

 

Y’ a des boqu’rons, y’ a des quênèyes,

D’z’ âb’ censément draits comm’ des i,

Y’ a des pommiers partout (ça s’ dit !)

Pis des lié’ qui n’ compt’ pu l’z annèyes.

 

Y’ a des clochers où l’ coq dit l’ vent :

D’aucuns en piêrr’, d’aôt’ en erdoise,

(Tout comme eun’ manié d’ coëff’ cauchoise)

L’z hirondell’ y r’vienn’ au biaô temps.

 

Nô n’ na par moment la berlue,

Comm’ çu pêqueux d’vant un champ d’ lin

Qui s’ mit à brâiller – çu malin ! – :

” Mais fré dé Guiû qu’ la mé est blue !”

 

” Tout cha, m’ direz-vous, c’est des mots !

Faut la couleu’ pis la musique. ”

Qu’ chacun d’ vous un brin seu’ y’ applique ;

Mê, j’ gard’ mes pieds dans mes chabots !

 

Ô ma campagne euq’ t’es-t’y belle

Aveu tous tes vivants atours !

Eul’ rossignol, tan troubadour,

S’ pâme en t’offrant ses ritournelles !

Gaston Demongé, dit Maît’ Arsène (1888-1973), poète cauchois
– – –
( in Les Terreux, éd. L. Durand & Fils, Fécamp, 1955 )
– – –
Pour en savoir un peu plus : cliquez ici (source Gallica)