Etienne de la Boétie

Helas combien de jours, helas combien de nuicts
J’ay vescu loing du lieu, où mon cueur fait demeure !
C’est le vingtiesme jour que sans jour je demeure,
Mais en vingt jours j’ay eu tout un siecle d’ennuis.

Je n’en veux mal qu’à moy, malheureux que je suis,
Si je souspire en vain, si maintenant j’en pleure,
C’est que, mal-advisé, je laissay en mal’heure
Celle la que laisser nulle part je ne puis.

J’ay honte que desja ma peau decolouree
Se voit par mes ennuis de rides labourée :
J’ay honte que desja les douleurs inhumaines

Me blanchissent le poil sans le congé du temps :
Encore moindre je suis au compte de mes ans,
Et desja je suis vieux au compte de mes peines.

Etienne de la Boétie (1530-1563)
– – –
(in Vers françois de feu Estienne de la Boëtie, (publiés par Montaigne), Paris 1571)
– – –
source Gallica – pour en savoir plus sur Etienne de la Boétie : cliquez ici