Baghdadi Si Mohamed

1

Des enfants
Les mains nues
les yeux et le cœur désertés
Par le rêve et l’espoir
Ont pris soudain la rue
A la gorge
En ce matin d’octobre…

Ils l’ont secoué si fort
Qu’elle s’est vidée
De son sang
En un tour
De mains nues
Pour laver de l’opprobre
un Peuple dépossédé
En ce matin d’octobre

2

Des enfants
Comme des bourgeons têtus
Aux regards sentinelles
Gardiens de la crête et des jours d’espérance…

La gorge pleine
De gros cailloux
De haine
Ont poussé
En ces matins d’octobre…
Des cris
Plus hauts
que les montagnes
de mensonges
Pendant si longtemps enfouis
au fond de leurs mémoires obtuses
Et que la raison refuse

3

Des enfants
Dos au mur
Pendant si longtemps
Fatigués
De soutenir
L’insoutenable
Se sont mis en marche
Dans la rue
Les mains nues
Et les yeux pleins de rêves…
Face à l’armée de leur peuple

Et des cris
gros
Comme des cailloux
Sortaient sans trêve
De leurs poitrines d’hommes !

4

Des enfants
Sans école
A l’alphabet dispersé
Aux nombres infinis
Des enfants sans sommeil
Qui s’inventent des lits
Pour s’endormir debout
Au creux d’un lampadaire
Dans Bab El Oued éteint.

5

Des enfants
sans usines et sans terres
Aux outils remisés
A l’ombre des colères
Surgissant de leurs yeux
Fourmillant de rêves insensés
De départs sans retours
Vers de lointains pays…

Dis moi
L’Australie c’est où ?
Et l’autre vie …
C’est beau
ou c’est bateau ?

6

Des enfants aux mains vides
Aux regards
Sans rêves et sans étoiles
Ont brisé les amarres
Un beau matin d’octobre
Et levé au grand mât
Des espérances folles
Les corolles
Grandes ouvertes
Des fleurs de Liberté.

SMB.
il y a vingt cinq ans
Baghdadi Si Mohamed

1

A te regarder
Dormir
Dans la tiédeur
De ma main
Dans l’odeur du matin,

A te regarder
Sourire
Aux bourgeons de l’aurore
Couverture aux épaules
Et rosée aux paupières
Au pied de l’arbre lune,

A te regarder
Fleurir
Moiteur
De lèvres insulaires
Toute en rondeur de seins.

A te regarder
Partir
J’ai déjà si mal
De te savoir
Si loin.

2

A t’imaginer
Frémir
Aux ailes de nos murailles
Etoile aux branches nues
Criblées
De sommeils insolites
Tissant
De solaires soliloques
A l’heure
Où les souvenirs vont boire
Aux sources de mémoires
Interdites de rêver
D’insolentes escapades
Entre toi et Grenade.

 

3

A t’imaginer
Sourire
Regard et cristal
Scintillants
A vous brûler les doigts
Hirondelles fluettes
Se coulant
Souffle avide et reptant
Entre rêves d’apostrophe
Et musique sans strophes
Dans le soir
Des bruits qui tombent
Sur ma seule nuit silence
T’imaginer sourire
Et te savoir partie
J’ai si mal
De t’entendre
Si loin.

4

A te sentir
Fleurir
Solitaire à la rencontre
De la crête et du vent
Aux multiples sourires
Messages imparfaits
Qu’indéchiffre l’absence
De ma fièvre abolie
À l’abreuvoir du temps.

5

A t’entendre
T’éloigner
Chargée de voiles et de licols
D’encens et de symboles
Que tes cheveux répandent
Sur la toile de fragrances
Palimpsestes
Que seuls tes doigts remontent
A l’approche de ma voix.

6

A te deviner
Sourire
Danser et fleurir
Légère
Au débarcadère de la vie
Aux toutes dernières plages
Des départs sans retour…

7

Depuis longtemps déjà
J’ai si mal
De t’entendre pleurer
Dans la douleur tue
Au cœur
De ton absence
Danser et sourire
Danser …..
Puis partir
Pour ne plus jamais
Revenir.

Copyright Baghdadi Si Mohamed