Antoinette Deshoulières

Entre deux draps de toile belle et bonne,
Que très souvent on rechange, on savonne,
La jeune Iris au coeur sincère et haut,
Aux yeux brillants, à l’esprit sans défaut,
Jusqu’à midi volontiers se mitonne.

Je ne combats de goûts contre personne :
Mais franchement sa paresse m’étonne ;
C’est demeurer seule plus qu’il ne faut
Entre deux draps.

Quand à rêver ainsi l’on s’abandonne,
Le traître amour rarement le pardonne ;
À soupirer on s’exerce bientôt ;
Et la vertu soutient un grand assaut,
Quand une fille avec son coeur raisonne
Entre deux draps

 Antoinette Deshoulières (vers  1634 – 1694)