Anna de Noailles

Je me défends de toi chaque fois que je veille,
J’interdis à mon vif regard, à mon oreille,
De visiter avec leur tumulte empressé
Ce coeur désordonné où tes yeux sont fixés.
J’erre hors de moi-même en négligeant la place
Où ton clair souvenir m’exalte et me terrasse.
Je refuse à ma vie un baume essentiel.
Je peux, pendant le jour, ne pas goûter au miel
Que ton rire et ta voix ont laissé dans mon âme,
Où la plaintive faim brusquement me réclame…
-Mais la nuit je n’ai pas de force contre toi,
Mon sommeil est ouvert, sans portes et sans toit.
Tu m’envahis ainsi que le vent prend la plaine.
Tu viens par mon regard, ma bouche, mon haleine
Par tout l’intérieur et par tout le dehors.
Tu entres sans débats dans mon esprit qui dort.
Comme Ulysse, pieds nus, débarquait sur la grève ;
Et nous sommes tout seuls, enfermés dans mon rêve.
Nous avançons furtifs, confiants, hasardeux,
Dans un monde infini où l’on ne tient que deux.
Un mur prudent et fort nous sépare des hommes,
Rien d’humain ne pénètre aux doux lieux où nous sommes.
Les bonheurs, les malheurs n’ont plus de sens pour nous ;
Je recherche la mort en pressant tes genoux,
Tant mon amour a hâte et soif d’un sort extrême,
Et tu n’existes plus pour mon coeur, tant je t’aime !
Mon vertige est scellé sur nous comme un tombeau.
-Ce terrible moment est si brûlant, si beau,
Que lorsque lentement l’aube teint ma fenêtre,
C’est en me réveillant que je crois cesser d’être…

Anna de Noailles (1876 – 1933)


Video-Source: Youtube LAPLUMEPOETIQUE

Une tendre langueur s’étire dans l’espace ;
Sens-tu monter vers toi l’odeur de l’herbe lasse ?
Le vent mouillé du soir attriste le jardin ;
L’eau frissonne et s’écaille aux vagues du bassin
Et les choses ont l’air d’être toutes peureuses ;
Une étrange saveur vient des tiges juteuses.
Ta main retient la mienne, et pourtant tu sens bien
Que le mal de mon rêve et la douceur du tien
Nous ont fait brusquement étrangers l’un à l’autre ;
Quel coeur inconscient et faible que le nôtre,
Les feuilles qui jouaient dans les arbres ont froid
Vois-les se replier et trembler, l’ombre croît,
Ces fleurs ont un parfum aigu comme une lame…
Le douloureux passé se lève dans mon âme,
Et des fantômes chers marchent autour de toi.
L’hiver était meilleur, il me semble ; pourquoi
Faut-il que le printemps incessamment renaisse ?
Comme elle sera simple et brève, la jeunesse !…
Tout l’amour que l’on veut ne tient pas dans les mains ;
Il en reste toujours aux closes du chemin.
Viens, rentrons dans le calme obscur des chambres douces ;
Tu vois comme l’été durement nous repousse ;
Là-bas nous trouverons un peu de paix tous deux.
– Mais l’odeur de l’été reste dans tes cheveux
Et la langueur du jour en mon âme persiste :
Où pourrions-nous aller pour nous sentir moins tristes ?…

Anna de Noailles 1876 – 1933

(Recueil : Le coeur innombrable)