Albert Glatigny

Par les soirs où le ciel est pur et transparent,
Que tes flots sont amers, noire mélancolie !
Mon coeur est un lutteur fatigué qui se rend,
L’image du bonheur flotte au loin avilie.

Que tes flots sont amers, noire mélancolie !
Oh ! qu’il me fait de mal ton charme pénétrant !
L’image du bonheur flotte au loin avilie.
L’espoir qui me berçait râle ainsi qu’un mourant.

Oh ! qu’il me fait de mal ton charme pénétrant !
Morne tristesse, effroi voisin de la folie !
L’espoir qui me berçait râle ainsi qu’un mourant.
Tout en moi, hors la peine effroyable, s’oublie.

Morne tristesse, effroi voisin de la folie !
Fleuves sombres, mon oeil plonge en votre courant ;
Tout en moi, hors la peine effroyable, s’oublie.
La peine, gouffre avide et toujours m’attirant !

– – –
Albert Glatigny (1839-1873), in Les Vignes Folles, poésies (1860)

( source Gallica )

( pour en savoir plus sur l’auteur : cliquer ici )