Philippe Jaccottet

Plus aucun souffle.

Comme quand le vent du matin
a eu raison
de la dernière bougie.

Il y a en nous un si profond silence
qu’une comète
en route vers la nuit des filles de nos filles,
nous l’entendrions.

– – –
Philippe Jaccottet, in Poésies 1946-1967 (Gallimard, 1971)

( pour en savoir plus sur l’auteur : cliquer ici )