L’après-midi s’épanouit sur ma fenêtre.
Le vent, frôle les feuilles
en leur déployant des ailes.
pendant que la ville est bercée par le vent
avec un chant de crissement frais.
La terre baignée par la pluie de souvenirs
qui restent scellés à ma peau,
ses lèvres sur mes paupières,
embrassées par le bonheur.
Étourdie de la vie.

Diana LICHY

0 comments

Leave a reply