A Mlle N***

Je connais un petit ange
Lequel n’a jamais mouillé
Sa blanche robe à la fange
Dont notre monde est souillé.

C’est lui qui donne le change
Au pauvre coeur dépouillé
Que l’amour, vautour étrange,
D’un bec cruel a fouillé.

Cet ange, qui vous ressemble,
Sous son aile nous rassemble
C’est la divine Amitié.

Son regard est doux et calme ;
Il m’offre sa chaste palme…
En voulez-vous la moitié ?

Louis-Honoré FRÉCHETTE (1839-1908)

0 comments

Leave a reply